Ses têtes d’étapes connues, tout comme son sponsor principal le fromage Le Maréchal, restait au Tour de Romandie 2019 à révéler ses têtes d’affiche 2019. Il l’a fait à J-13 du prologue en terres neuchâteloises, levant aussi le voile sur les détails du parcours qui attend un peloton des plus prometteurs. L’éventail des favoris est large comme rarement, avec en premier lieu Geraint Thomas, 1er du dernier Tour de France, puis Primoz Roglic, vainqueur en titre du TdR, Luis León Sánchez (Tour de Murcie), Kudus Merhawi (Tour du Rwanda) les Colombiens, Winner Anacona (Tour de San Juan), Daniel Martinez ou Rodrigo Contreras.

Ajouter Rui Costa, Tony Martin, dont on se réjouit du duel avec Stefan Küng dans le contre-la-montre final à Genève, ou encore David Gaudu, Michael Woods, Simon Spilak, Ilnur Zakharin et Remco Evenepoel permet de mesurer l’intensité de la bataille qui se profile sur un tracé de choc, dans ce bel écrin qu’est la Romandie. Et cela sans même citer les Andrey Amador, Sonny Colbrelli, Domenico Pozzovivo, Eros Capecchi, ou les sprinters comme Viviani ou Sam Benett, pour l’arrivée à Morges plutôt qu’à Romont (trois fois le “mur” de Brit!) ou à La Chaux-de-Fonds (2989 m de dénivelé!).
L’équipe Sky emmenée par Geraint Thomas, un jour en jaune en 2012 après sa victoire dans le prologue, et qu’on verrait bien signer un doublé TdR-Tour de France, jouera-t-elle la gagne? Vainqueur en titre, Primoz Roglic, qui a enchaîné avec un 4e rang au Tour de France et qui a déjà enlevé cette année Tirreno-Adriatico, pourrait récidiver. Côté révélation, le jeune Belge Remco Evenepoel va-t-il confirmer sa réputation de « nouveau Merckx » ? Ce TdR sera le premier gros test sur une course par étapes du double champion du monde junior 2018.
Thomas de Gendt, vainqueur en solitaire à Yverdon et meilleur grimpeur du TdR 2018, devrait être encore un grand animateur (un bouquet et le maillot du meilleur grimpeur du Tour de Catalogne).

Nombre record de Suisses et baptême du feu pour Danilo Hondo et ses gars

Côté suisse, un record de 17 coureurs est annoncé : Mathias Frank et Silvan Dillier, Tom Bohli, Danilo Wyss et Gino Mader, l’armada suisse de la Française des Jeux avec Stefan Küng et les Valaisans Steve Morabito, Sébastien Reichenbach et Kilian Frankiny, sans oublier le baroudeur Michael Albasini, qui rêve de décrocher un dernier bouquet sur son dernier Tour. Plus les sept coureurs de l’équipe de Suisse !
En l’absence d’équipe continentale professionnelle helvétique, l’Union Cycliste Internationale autorise une équipe nationale suisse à disputer le Tour de Romandie. Sous les ordres de Danilo Hondo seront alignés nos meilleurs talents : “Nous venons nous mesurer à l’élite mondiale. Dylan Page devrait être là. Et si dans une étape pas trop difficile, il parvient à rester dans le groupe de tête jusqu’au bout, il peut créer la surprise au sprint.
Nous aurons aussi quelques cartouches pour ajuster un bon classement au général. Simon Pellaud, Patrick Schelling et Roland Thalmann sont aussi pressentis”.
Pour Richard Chassot, la présence de cette formation helvétique apporte du piment et de l’attractivité en plus pour le public romand. “S’ils réussissent un truc, ce serait le sommet”. En se glissant dans une échappée au long cours, ou en allant décrocher un maillot distinctif par exemple.