A l’époque où je jouais au foot (oui, je sais, mais on a le droit à l’erreur quand on est jeune, c’est comme ça qu’on apprend), il y avait un unique magasin de sport au village. Aujourd’hui, il n’y en a plus du tout, mais c’est une autre histoire. Dans cet unique magasin, le choix était relativement limité, même pour des chaussures d’un sport aussi populaire que le football. Mais le patron avait un argument imparable pour vous convaincre que le seul choix qui s’offrait à vous dans la bonne taille était le meilleur: «Ces chaussures-là, elle sont tellement confortables que je les mets pour regarder la télé!»

Forcément, une telle réplique vous marque à vie et je m’en suis souvenu en enfilant les nouvelles chaussures de vélo de route Shimano S-Phyre, RC902 de leur petit nom. «Voilà des chaussures que je ne mettrai pas pour regarder la télé», me suis-je dit, même si leur livrée gris-argent ne détonnerait pas forcément dans un salon mondain. Non qu’elles soient totalement inconfortables, mais on sent tout de même qu’en l’occurrence cet aspect était placé en dessous de l’efficacité sur l’échelle des priorités de Shimano.

Ce relatif « inconfort » se fait surtout sentir lors du chaussage. Il est peut-être propre à la combinaison entre mes pieds et les chaussures Shimano, car ce n’est pas la première fois que je le ressens. Cela avait déjà été le cas avec le modèle RX8 destiné au gravel (et par ailleurs très efficace sur la route) testé l’an dernier.

Avec ces S-Phyre de route, c’est surtout au talon que la rigidité de la tige se fait sentir. Et c’est voulu par le fabricant qui explique que «le talon avec stabilisation anti-torsion assure un positionnement optimal du pied pour une accélération intense et des cadences élevées.» Mais ce petit désagrément disparaît assez vite au pédalage avec le pied qui glisse légèrement vers l’avant malgré l’excellent maintien, finement réglable par le système BOA. Si le talon me chicane, c’est que je n’appuie pas assez sur les pédales… Voilà qui est clair.

Et pour ce qui est d’appuyer sur les pédales, ces chaussures ne demandent que cela. La semelle carbone affiche une valeur de 12 sur 12 sur l’échelle de rigidité de Shimano et transmet le moindre de vos mouvements. J’ai monté des cales Shimano SM-SH12 «bleues», qui offrent une liberté angulaire réduite à 2°. Un peu par hasard, car c’est ce que j’avais sous la main. Les cales «jaunes» sont plus répandues, mais la combinaison des «bleues» avec ces chaussures rigides s’avère très efficace et donne l’impression d’avoir un vrai prolongement des manivelles sans perte de force ni de puissance.

L’efficacité réelle d’une chaussure au pédalage reste tout de même assez difficile à apprécier. Mais autant cette S-Phyre se fait remarquer au chaussage, autant elle se fait oublier au pédalage. J’ai un peu hésité à les choisir pour une sortie de plusieurs heures à travers le Valais, début mars, mais ai été totalement rassuré et n’aurai plus aucune crainte à les enfiler pour de longues journées sur le vélo.

Votre serviteur en Votre serviteur en “excursion” dans le Haut-Valais, équipé des nouvelles Shimano S-Phyre. Photo Yannis Beeler

Et si elles se font oublier, elle n’en restent pas moins d’une efficacité redoutable. Vous vous dressez sur les pédales, lancez un sprint ou relancez en sortie de virage? La réaction est immédiate (pour autant que le vélo suive, mais c’était le cas ces derniers jours avec un BMC SLR 01). L’interface est directe, solide et sans jeu désagréable entre les éléments.

Et s’il fallait une preuve de leur efficacité, on peut revenir sur les Strade Bianche 2021. Des chaussures qui résistent à ça…

https://twitter.com/giroditalia/status/1368229530058506243?s=20

Après, qui serai-je pour dire qu’elles ne vont pas?

Aucun doute, ces chaussures sont faites pour la course, le sorties nerveuses et musclées. Mais je les enlèverai pour regarder la télé…