Sommaire et bonus du magazine Vélo Romand n° 37 – Utilisez les onglets ci-dessous pour découvrir davantage de contenu.

 

Sommaire Vélo Romand n° 37

Edito

  • L’obsolescence programmée… dans nos têtes.

Portfolio

  • La « planète bike » de Red Bull.

Compétition

  • Le bel avenir du bmx. Inaugurée au mois de juin dernier, la nouvelle piste de bmx du centre mondial du cyclisme à aigle fait l’unanimité.
  • Les antennes du centre mondial du cyclisme. L’union cycliste internationale apporte un grand soin à la détection des talents dans le monde entier.
  • Talent romandie : place à la formation ! Swiss cycling se donne les moyens de détecter et de former les futurs Nino Schurter ou Johan Tschopp.
  • Engadiner rad marathon. Entre souffrance et plaisir aux confins de la Suisse.
  • En cyclo-cross à l’assaut du château d’Estavayer.
  • Une pluie de records pour le 25ème anniversaire du Grand Raid.

Portrait

  • Damien Bisetti, la passion dans les gènes. Propriétaire d’un magasin de cycles, créateur d’une bière pour cyclistes fourbus, blogueur, il respire le vélo par tous les pores de la peau…

 Tests et technique

  •  Nouveautés. Vos vélocistes roulent aussi et ont testé vélos de route et vtt 2015.
  • Pneus « tubeless » sur les vélos de route. Essayé et adopté.

Notre dossier

  • Pluie d’étoiles sur le Valais. Retour sur une année 2014 exceptionnelle à tous points de vue: des professionnels et des espoirs qui s’épanouissent, des épreuves prestigieuses à intervalles réguliers et des entraîneurs innovants qui font éclore les talents de demain.

Coup de cœur

  • La vie à la force de la pédale. Ils s‘appellent Silke Pan, Marc Ristori ou Blaise Mettan. Tous trois se sont vus privés de l’usage de leurs jambes après un accident.

Mémoire

  • Gilbert Bischoff. Un champion vaudois au grand cœur.

Blaise Mettan au guidon de son handbike

Installation d’un pneu « tubeless » route

Valais et cyclisme: une promotion touristique trop frileuse?

2014 a été une année particulièrement chargée en matière d’événements cyclistes à portée internationale (voir notre dossier complet dans le magazine « papier »): arrivée et départ du Tour de Romandie à Sion, arrivée du Tour de Suisse à Verbier, suivie d’une étape entre Verbier et Saas-Fee, arrivée d’étape du Critérium du Dauphiné à Emosson, étape du Tour du Val d’Aoste entre Martigny et Les Marécottes. Sans oublier toutes les courses plus traditionnelles, comme le Grand Prix Valloton au printemps, le cyclo-cross de Sion en décembre et les multiples courses de côte en été.

Critérium du Dauphiné 2014, 7e étape Ville-la-Grand / Finhaut-Emosson.

Dans ce contexte, on peut s’étonner de l’apparente frilosité de la promotion touristique cantonale dans ce domaine.Les téléspectateurs qui ont suivi l’étape du Dauphiné se terminant au barrage d’Emosson, le 14 juin dernier, n’ont peut-être jamais su que la course avait quitté la France… En bord de route, tous les 200 mètres, une banderole ou un drapeau marquaient le territoire en région… Rhône-Alpes. Hors les fanions de supporters locaux, aucune trace d’une signalétique « valaisanne » sur cette ultime ascension. Une occasion manquée de faire connaître les nombreux atouts du canton en matière de cyclisme et de cyclotourisme ? Question posée à Valais/Wallis Promotion.

Valais/Wallis Promotion s’appuie-t-elle sur ces événements et leur couverture médiatique (photos, télévision) pour la promotion touristique du canton?

C’est un fait, le Valais accueil nombre d’événements sportifs de portée nationale et internationale. Ces derniers constituent d’excellents vecteurs image pour accroître la visibilité du Valais et positionner notre canton en tant que destination idéale pour des sports tels que vélo, VTT, trails, ski-alpinisme, etc. Si le soutien aux événements locaux revient en premier lieu aux destinations elles-mêmes, le Canton du Valais apporte son aide aux événements ayant un impact image pour le Valais dans son ensemble. Dans ce contexte, le rôle de Valais/Wallis Promotion (VWP) est avant tout de gérer la coordination et la garantie de l’utilisation de la marque Valais dans le cadre des événements soutenus par l’Etat du Valais. VWP ne fait en effet pour le moment pas de sponsoring.

L'affichage "Rhône Alpes" étaient bien présent sur les routes suisses...

L’affichage « Rhône Alpes » était bien présent sur les routes suisses…

Et le Grand raid, dans le domaine du VTT, et qui a lieu chaque année?

De par sa portée internationale et son large impact image, le Grand Raid bénéficie d’un soutien du canton du Valais. A ce titre, VWP gère la présence de la marque Valais sur le parcours et sur les aires de départ et d’arrivée. A noter que le canton du Valais a également participé au co-financement du balisage permanent du parcours, contribuant ainsi à la création d’un magnifique parcours VTT de 125 km, accessible également en dehors de la course.

Lors de l’étape reine du Dauphiné à Emosson, on trouvait des panneaux “Rhône Alpes” tous les 200 mètres. Aucune trace du Valais. Comment peut-on ainsi se faire “annexer” le territoire et “piquer” les plus belles images?

La région « Rhône Alpes » étant le partenaire principal de la course – monnayant un investissement conséquent sur le long terme –,  elle est ainsi présente dans toutes les étapes, sans tenir compte du lieu de course. Les partenaires officiels se réservent ainsi les emplacements en lien direct avec la course. La situation serait identique si le partenaire principal était Coca-Cola, Carrefour ou Audi. Le Valais n’est pas partenaire officiel de la course « Critérium du Dauphiné », mais partenaire de la destination qui accueille une étape : le canton apporte un soutien financier directement aux organisateurs de l’étape en Valais et permet ainsi l’arrivée de grands tours dans notre région. Le Valais dispose ainsi de plateformes visibilité dans le village d’arrivée / départ, via les images des médias pendant la course ainsi que via les prestations d’hospitality (hébergements des coureurs/staff/etc.).

Le vélo en général est-il un vecteur de promotion touristique pour le canton? Les cyclistes, sportifs ou “touristes”, sont-ils “ciblés” par des campagnes promotionnelles?

Selon l’étude de segmentation clientèle réalisée par VWP, le potentiel vélo/VTT est clairement identifié comme porteur pour notre canton. Pour capitaliser ce potentiel, il faut à présent créer les conditions-cadres optimales à son développement et mettre sur pied une expérience globale client vélo/bike. VWP travaille ainsi, de concert avec les différents partenaires impliqués pour développer l’offre régionale en la matière (création de parcours VTT homologués par exemple) pour être ensuite en mesure de valoriser ces offres sur le plan cantonal.

La presse spécialisée germanophone (Bike – Allemagne ou Ride – Suisse) regorgent de publicité et d’offres pour les Grisons ou l’Autriche (publicités de privés mais surtout d’office du tourisme régionaux). Valais Tourisme Valais/Wallis Promotion n’est-il pas un peu frileux dans ce domaine?

Le vélo et le VTT font partie intégrante des messages véhiculés par VWP et des promotions menées auprès des différents marchés. Notre stratégie de communication actuelle dans le segment vélo/VTT, aujourd’hui dans sa première phase de réalisation, est de focaliser les moyens à disposition sur la communication en ligne. En effet, la différence de moyens à disposition vis-à-vis de nos concurrents pour la promotion du vélo/VTT est significative. Nous ne sommes donc pour l’heure pas en mesure d’assurer une visibilité plus forte dans les médias imprimés pour ce segment. Notre objectif prioritaire est avant tout de fédérer les acteurs en présence pour grouper les moyens promotionnels à disposition et développer une offre pertinente, adaptée aux attentes de ce segment particulier de clients.

Propos recueillis par Joakim Faiss